L’histoire de la lingerie

Des bandages à la haute lingerie d'aujourd'hui, les sous-vêtements féminins racontent notre histoire. Reflétant le corps de la femme, ils nous révèlent des codes et des valeurs. Ils nous montrent comment l’image de la femme a évolué au cours du temps. Nous allons aborder dans cet article l’évolution de l’usage de ces sous-vêtements.


Les débuts de la lingerie pré dominés par l’aspect utilitaire


La lingerie féminine est née dans la Grèce Antique avant tout pour son côté utilitaire. Il s’agissait de protéger ses parties intimes, sans volonté de se rendre sexy et séduisante. Les femmes portaient alors des bandages et des tuniques en guise de sous-vêtements. Au Moyen-Âge, cette vision évolue peu. La femme porte des simples chemises, privilégiant toujours un aspect pratique. C’est à la Renaissance que le corset voit le jour. L’objectif devient de mettre en valeur les courbes des femme. La lingerie n’est plus qu’un simple bout de tissu mais elle est utilisée pour révéler la sensualité du corps féminin. Les tissus sont plus sexys, avec notamment le développement d’un fort intérêt pour la dentelle. Ces dessous féminins restent à cette époque pourtant réservés aux familles aisées. Au XIXème siècle, c’est le trousseau de mariage qui se popularise. Offert aux femmes lors de leur union, ce dernier avait pour objectif de les suivre toute leur vie et de symboliser ce jour important. Cette tradition est d’ailleurs toujours d’actualité dans notre société actuelle. Puis, la première guerre mondiale va faire revenir la lingerie féminine à sa fonction initiale : l’utilitaire. En effet, les ensembles sont plus pratiques et confortables permettant aux femmes de se mouvoir plus facilement. C’est les bas et les porte-jarretelles qui vont permettre aux femmes de continuer d’exprimer leur élégance.




La lingerie féminine devient l’expression de la personnalité des femmes


La fameuse gaine va quant à elle apparaître dans les années 30 grâce à la marque emblématique Chantelle. Le soutien-gorge, qui avait pris ce nom en 1904 se développe de plus en plus avec la création des tailles de bonnet. C’est alors que naît la lingerie que nous connaissons aujourd’hui avec l’utilisation de matières diverses (lycra, nylon, viscose…). Les dessous féminins deviennent accessibles à toutes et la femme commence à acheter suivant ses goûts et ses envies. Après mai 1968 et toutes ses revendications, les sous-vêtements féminins prennent de nouveau un tournant. Ces années là voient le corps de la femme se libérer. Les bas vont céder la place aux collants, les soutiens-gorge ont moins d’armatures, plus de couleur et sont plus excentriques… La femme devient alors maître de son corps. Elle porte de moins en moins de dessous, l’ère du “no lingerie” commence à voir le jour avec de plus en plus de transparence. Puis, plus les années passent, plus les différents types de soutiens-gorge se créent. C’est les années 90 qui marquent l’arrivée du push-up dans une décennie où la poitrine des femmes est l’objet de toutes les attentions. Les femmes assument de plus en plus leurs sex-appeal et veulent des sous-vêtements qui le reflètent.





Aujourd’hui, nous revenons un peu aux années 70 avec une recherche de confort. Avec l’introduction de la soft stretch par Chantelle, la lingerie s’adapte à de nombreuses femmes ayant toutes des morphologies différentes. En effet, nous observons une grande diversité des corps et des formes mis en avant par les marques. Alors que nous réserve l’avenir de la lingerie féminine ?


C’est la fin de cet article, merci de nous avoir lu ! Vous pouvez nous écrire et nous suivre sur notre Instagram @doubleaparis.

12 vues